Rechercher

La « transe » hypnotique, la clé de la transformation humaine ?


Avant-propos


Plus que jamais nous avons besoin des compétences humaines.


Si l’électricité a mis plus de 30 ans pour atteindre la majorité de la population, Internet a mis plus de 10 ans et le smartphone seulement 5 ans. Les récentes évolutions technologiques et numériques ont accéléré la transformation du monde à une vitesse sans précédent. Les produits digitaux facilitent nos vies, mais nous rendent aussi dépendants. Cette évolution facilite la circulation des informations, mais aussi accroît nos vulnérabilités. Si nous ne sommes pas capables de maîtriser la technologie et l’information, elles nous domineront.



La transformation des entreprises s’est accélérée dans la même allure. Dans le passé, une entreprise avait besoin de plusieurs décennies pour s’agrandir à l’échelle de la planète. Aujourd’hui, certaines start-ups, avec au départ seulement une poignée de personnes, peuvent avoir un impact planétaire et transformer la vie d’une majorité de personnes en quelques années seulement.


Ces changements sont vertigineux. Si les générations précédentes semble avoir besoin d’une seule compétence pour gagner leur vie, nous avons aujourd’hui besoin d’une palette de compétences pour y parvenir. La maîtrise des outils informatiques, les capacités multilinguistiques, les « soft skills » sont devenus cruciales pour la réussite d’une carrière. Le monde, les connaissances et la technique changent vite, il faut agir et apprendre vite.


Plus que jamais nous avons besoin des compétences humaines. Et plus que jamais, nous avons besoin de gens qui dispose d’une bonne maîtrise de soi et se sentent bien dans sa peau. Aujourd’hui, un enfant de 12 ans peut concevoir un réacteur nucléaire (cf. Jackson Oswalt aux Etats-Unis) ; n’importe qui peut se procurer les segments d’ADN sur Internet s’il souhaite créer des super virus. Demain, une personne malheureuse obtiendra facilement tous les nécessaires pour mettre fin à toute la société. La société est de plus en plus vulnérable aux révoltes des individus.


Par ailleurs, les entreprises reposent de plus en plus leur réussite sur les individus qui les composent. Un salarié épanoui a beaucoup plus d’impact positif sur la réussite d’une entreprise qu’avant. Le « management » humain est devenu de plus en plus complexe. Car le monde a changé, et les êtres humains également. Nos besoins et nos aspirations ont évolué. Si le Taylorisme a accompagné la Révolution Industrielle grâce à la standardisation et aux normes stricts, aujourd’hui, ce mode de management n’est plus concevable. Le terme de « management » commence à devenir lui-même mal à propos. Le « management » à l’ancienne n'est plus adapté. Les nouvelles maladies, qu’on qualifie aujourd’hui les maladies du siècle, burn-out, bored-out ou encore brown-out, sont apparus. L’absentéisme et de nombreuses autres problématiques liées aux désengagements des salariés se sont aggravées. Ces « fléaux » mondiaux coûtent plus de 97 milliards d’euros par an rien qu’en France (l’institut Gallup, mars 2018).

Pour répondre à ces défis, les solutions visant à promouvoir le « bien-être au travail » se multiplient. Des postes de CHO (Chief Happiness Officer), de « feel good managers » sont créés. Des lounges cosy, des cafétarias chaleureuses, des salles de sieste sont aménagées. Les salariés peuvent effectuer des séances de yoga au travail. Mais de nombreux antidotes, souvent accueillis avec enthousiasme, se sont toujours avérés insuffisants pour combler nos manques de solutions.


Dès lors, quelles options supplémentaires se présentent à nous ? Comment répondre aux besoins croissants du développement des compétences ? Comment empêcher le phénomène du burn-out d’’évoluer en « explode-out » (un mot que j’estime risque d’exister bientôt : le mal-être d’un individu s’exprime en action destructive pour la société), qui coûtera encore plus cher à la société ?


La « Transe » formation humain, le super remède ?


Nous avons aujourd’hui besoin d’un nouveau genre de « surhomme » qui dotent des « super compétences » pour s’adapte au monde d’aujourd’hui et de demain : des personnalités qui sont bien dans sa peau, qui dispose d’une bonne maitrise de soi, qui savent développer ses compétences et se réinventer. Pour cela, il nous faut un super remède.


Il y a plus de dix ans, j’ai assisté à un spectacle d’hypnose à HEC. J’y ai vu certains de mes camarades se transformer sous l’effet des transes hypnotiques. J’ai perçu dans cette expérience un grand potentiel. Je me suis dit : « si l’être humain est capable de faire ça, il faut que je comprenne comment ! » C’était ainsi parti pour 10 ans d’enquête. Je détiens aujourd'hui un diplôme de maître-praticien en hypnose. L’hypnose est-il ce super remède ? Après avoir accompagné de nombreuses personnes dans leur transformation, je peux partager avec vous quelques points pour explorer ensemble ce sujet.


1. L’hypnose peut créer des effets surprenants.


Les phénomènes que vous auriez pu voir dans un spectacle d’hypnose sont réels et il est possible de les reproduire. En claquant des doigts, une personne timide peut incarner une star sur scène avec autant d’assurance. Une personne ayant la phobie des araignées peut ne plus avoir peur des araignées. Il est possible de ressentir un immense plaisir par une simple suggestion ou encore, sentir de la chaleur dans un environnement froid.


Imaginez le potentiel ?


2. Mais l’hypnose n’est pas de la magie, il y a des limites.


Tout d’abord, tout le monde n’a pas le même niveau de réceptivité à l’hypnose. Certaines personnes ont besoin d’une induction plus longue ou même plusieurs séances d’entrainement pour atteindre ce niveau de réceptivité. Heureusement, sur beaucoup de problématiques, nous n’avons pas besoin d’être dans une transe hypnotique aussi profonde que celle montrée en spectacle pour ressentir des effets bénéfiques. Une transe légère suffit.


Ensuite, l’hypnose peut augmenter l’effet de nos efforts, mais ne peut pas s’y substituer. Grâce aux techniques d’hypnose, vous pouvez multiplier les résultats de vos efforts lors de l’apprentissage d’une langue étrangère ou lors de la pratique d’un sport. Néanmoins, un minimum d’apprentissage et d’entrainement est nécessaire. De même, si quelqu’un manque de confiance en soi, il peut surpasser sa timidité par une simple suggestion hypnotique. Mais s’il souhaite que l’effet soit durable, il faut alors une ou plusieurs séances de travail afin d’agir sur les origines profondes du problème.


3. L’hypnose est très efficace pour la maîtrise de soi et le développement des compétences.


Sous hypnose, nous sommes en contact direct avec notre esprit inconscient qui gère nos fonctions vitales, nos mémoires et nos apprentissages, ouvrant de multiples possibilités pour agir sur ces foncions. Et nous avons accès aux sources de notre créativité et notre intuition. Nous trouverons donc plus rapidement des idées et des solutions, et que nous mettrons en place plus facilement. Beaucoup de sportifs de haut niveau utilisent déjà les techniques d’hypnose pour leur préparation mentale. Une part non négligeable de notre réussite dans la vie est due à l’utilisation des techniques d’hypnose sans que nous le sachions. Pourquoi dès lors ne pas apprendre l’autohypnose pour être acteur de notre évolution ?


4. L’hypnose est plus qu’un spectacle, c’est aussi et surtout « l’hypnothérapie ».


L’hypnose est un outil complémentaire pour le milieu médical et en psychothérapie. Certains hôpitaux administrent déjà des anesthésies sous hypnose.


L’hypnose est aussi le fondement de l’hypnothérapie. Cette pratique peut accélérer la guérison de très nombreuses maladies en abordant leurs aspects psychologiques. Les symptômes sont souvent un message du corps pour nous alerter sur un mal-être intérieur. En travaillant sur ces « messages », les symptômes alors cessent. Et si les messages sont compris en amont, les maladies n’auraient même pas eu lieu.


L’hypnothérapie est d’autant plus efficace pour les problématiques d’ordre purement psychologique. Le traitement des addictions et des comportements compulsifs sont les domaines établis de l’hypnothérapie. Le mal-être et les blessures intérieures qui causent l’agressivité et la violence peuvent aussi être soignées. Pratiquer l’autohypnose nous permet d’identifier les sources de notre mal-être afin d'agir. Elle nous procure la sérénité et une meilleure compréhension de soi et des autres. « Un esprit sain dans un corps sain. » Un état de bien-être mental favorise la santé physique : c’est un cercle vertueux.


Imaginez que tous les salariés puissent se soigner et restent en permanence dans leur meilleur état de forme physique et mental. Cela n’est-il pas le rêve de tout employeur ?


5. L’hypnose ne se résume plus à une technique de manipulation, au contraire, elle est une technique d’anti-manipulation.


Fini le cliché de l’hypnotiseur dictateur, qui manipule les gens comme des marionnettes contre leur gré. Les techniques d’hypnose ont beaucoup évolué au fil du temps. L’hypnose moderne donne la parole aux accompagnés et se centrent sur leurs intérêts. De plus, il existe des formes d’hypnose qui ne nous « endorment » pas mais nous amènent au contraire dans un état de « pleine-conscience ». C’est le cas de l’hypnose humaniste. Vous êtes alors totalement conscient de votre environnement et avez davantage de contrôle sur vous-même. Grâce à cet état de lucidité, vous êtes moins soumis aux influences ou manipulations extérieures. Un état très utile à l’heure du numérique.


6. L’hypnose peut être un outil concret pour le bien-être au travail.


Parmi les personnes qui consultent pour une dépression ou un burn-out, on peut trouver des employés d’entreprises exemplaires dans la catégorie du bien-être au travail ou encore des personnes qui ont, en apparence, une situation professionnelle très confortable.


Dans leur cas, les mesures actuels du bien-être au travail ne fonctionnent pas, parce qu’un être humain est très complexe. Une personne peut vivre dans un environnement merveilleux mais se sentir malheureuse. Une personne peut être entourée par des collègues bienveillants mais ressentir à l’inverse une ambiance menaçante. C’est le cas lorsque la personne souffre d’un problème d’estime de soi. Elle interprète les propos et les réactions de ses collègues comme méprisants. Une personne peut être motivée par certains avantages matériels mise en place par le management. Mais si son inconscient est préoccupé par des problèmes relatifs à sa vie privée, elle aura du mal à se concentrer sur son travail. La vie privée et la vie professionnelle sont étroitement liées. Le bien-être ne vient pas qu’uniquement de l’environnement, mais se construit aussi de l’intérieur.


Bien évidemment, l’environnement managérial est également un facteur important du bienêtre au travail. Un manager pas bien dans sa peau risque de pratiquer un management toxique. Même si un manager est sensibilisé sur l’importance de la communication non violent et de l’empathie, il peut rester un mauvais manager, s’il a du mal à cerner les résistances et les difficultés de ses collaborateurs. Développer son intuition et maîtriser bien l’art du questionnement (qui fait aussi partie des techniques d’hypnose) lui permettra de développer un « management » plus efficace et motivant.


Les techniques d’hypnose nous permettent de mieux comprendre le fonctionnement de chacun et de déclencher une transformation globale en soi. Nous entrons ainsi dans un dynamisme d’évolution positive. Apprendre les techniques d’hypnose, c’est donner un outil concret à chacun pour créer son propre bonheur sur tous les plans.



A l’ère digital, peut-on encore croire au management où les managers prétendent « manager » des gens alors qu'eux-mêmes ne savent pas se « manager » ? Les gens ne sont pas des machines ! La meilleure solution n’est-elle pas de leur donner accès à un outil pour que chacun puisse se « manager » soi-même ? Si une personne est capable de maîtriser sa santé, son état de forme, ses motivations, ses compétences et qu’elle se sent bien dans sa peau – ce sont bien les domaines de compétence de l’hypnothérapie –, alors cette personne est forcément créatrice de valeur pour l’entreprise et la société. Delors, nous pourrions compter davantage l’un sur l’autre.


Alors en attendant les prochaines innovations qui feront de nous des « humains augmentés », il est peut-être intéressant d’explorer déjà tout ce qui est possible dans nos héritages naturels ? L’hypnose fait sûrement partie de ces trésors, qui n’attendent qu’à être davantage exploités.

Auteure :

Yulin ZHUANG, entrepreneur, consultant, maître-praticien en Hypnothérapie et en Programmation Neurolinguistique. Cofondatrice de l’Humain+ lab.



Avant-propos


Les soft skills, littéralement compétences « douces », désignent les compétences autres que les compétences « dures » ou techniques. A contrario des compétences « dures » qu’on peut apprendre et mesurer à l’école, les soft skills sont les compétences comportementales que chacun maîtrise plus ou moins bien naturellement. Elles peuvent inclure l’intelligence émotionnelle, la capacité de communication, les aptitudes interpersonnelles, l’aptitude à trouver des solutions, la créativité, l’intuition, l’empathie, etc. On les appelle aussi les compétences émotionnelles, les compétences humaines, les compétences transversales, ou encore les compétences du XXIème siècle.

Les soft skills permettent de se distinguer des autres lors d’un entretien d’embauche, mais aussi près l’embauche. Selon une étude publiée par Harvard en 2015, la réussite professionnelle repose à 85% sur la maîtrise des soft skills et à seulement 15% sur les compétences techniques. À une plus grande échelle, les soft skills peuvent également avoir un impact sur la performance de l’entreprise. Une étude a montré que les entreprises dirigées par des leaders empathiques sont en moyenne 5 fois plus performantes et leurs collaborateurs sont significativement plus engagés (Center for Progressive Development, 2014).

A l’ère de la digitalisation et de l’intelligence artificielle, les machines prennent en charge de plus en plus de tâches techniques « dures ». Si les machines ont une chance sur deux de surpasser les humains pour n’importe quelle tâche en 2061 (Future of Humanity Institute à Oxford, étude publiée en 2018), les soft skills ou compétences humaines seront nos atouts et nos moyens de survie.



S’hypnotiser pour développer ses soft skills : et pourquoi pas ?


Si vous avez déjà regardé un spectacle d’hypnose, vous avez sûrement dû être impressionné par le « pouvoir » de l’hypnotiseur. Sous son emprise, une personne timide peut devenir aussi confiante qu’une star devant son public ; une personne d’allure frêle peut démontrer deux fois plus de force dans une épreuve de bras de fer. N’importe qui semble pouvoir développer une force redoutable par la simple suggestion de l’hypnotiseur.


Mais alors comment ça marche ?


Notre cerveau cache un potentiel énorme. Mais beaucoup de nos talents sont inhibés par nos croyances limitantes. Enfant, on nous a suggéré qu’on avait un physique disgracieux, si bien qu’on a intériorisé cette croyance et on laisse notre charisme et notre confiance en soi atténués. De même, des commentaires qui suggèrent que nous ne sommes pas assez créatifs auront nous rabaissé et nous fait faire ensommeiller notre créativité. Beaucoup d'entre nous sont « hypnotisés » tout au long de notre vie par les autres, et nous avons laissé les croyances limitantes et les freins s’installer dans nos vies.


Les techniques d’hypnose permettent non seulement de se « déshypnotiser » de ces mauvaises suggestions, mais aussi de désinstaller des modes de fonctionnements inefficaces. En hypnose, nous sommes dans un état modifié de conscience, qu’on appelle aussi la « transe hypnotique ». Cela n’a rien d’extraordinaire, cette « transe hypnotique » est déjà vécue naturellement par la plupart d’entre nous : lorsqu’on se laisse absorber par l’histoire d’un livre, on rit, on pleure en oubliant tout ce qui est autour ; lorsqu’on fait du jogging et qu’après quelques kilomètres, on ne sent plus la fatigue dans ses jambes. Cet état "ordinaire" a pourtant des pouvoirs "extraordinaires". Dans cet état, notre cerveau est comme déverrouillé et ouvert à des suggestions. Tout devient possible. C’est grâce à cet état spécifique que l’hypnotiseur peut activer nos potentiels. Prenons une métaphore: si vous étiez un ordinateur, vous avez maintenant déverrouillé le système et pouvez modifier les codes sources des programmes. Ainsi, la maîtrise des comportements (entre autres les addictions, les comportements compulsifs, le trac), la confiance en soi, la créativité, la communication, ou encore la capacité de concentration sont depuis longtemps des domaines de compétences de l’hypnothérapie.


Une séance d’hypnothérapie n’a rien de mystérieux. La plupart du temps, le thérapeute commence par expliquer comment fonctionne l’hypnose, puis il questionne la personne afin de déterminer avec elle l’objectif de la séance. Par la suite, il l’accompagne pour entrer progressivement dans un état modifié de conscience afin de travailler sur l’objectif défini. Tout se fait avec beaucoup de respect et se concentre sur les désirs de la personne.


Ensuite, on peut choisir d’apprendre l’autohypnose, afin de travailler sur soi-même en toute autonomie. Les techniques modernes d’hypnose se révèlent en fait simples à apprendre et accessibles à quasiment tous. Vous verrez deux exemples ci-après.


D’ailleurs, vous avez sûrement déjà entendu parler des méthodes similaires, qui nous amènent dans un état modifié de conscience semblable. Par exemple, la méditation. Beaucoup de patrons de grande envergure la pratiquent de manière régulière, comme le patron de Salesforce Marc Benioff, le patron de Twitter Jack Dorsey, le cofondateur de Google, Sergey Brin ou encore Steve Jobs. La méditation aurait même inspiré le design d’Apple.


Photo by quikc.net


L’état hypnotique et les états méditatifs sont des états modifiés de conscience, et ils sont complémentaires dans le développement des compétences. Chez HUMAIN+ LAB, l’entreprise spécialisée dans le développement des soft skills grâce aux techniques d’hypnose, nous apprenons non seulement les techniques d’hypnose classiques pour lever les freins et mobiliser nos ressources intérieures, mais aussi les techniques d’Hypnose Humaniste, qui nous amène à un état de « conscience augmentée », un état méditatif en pleine conscience. Ce sont des techniques modernes et simplifiées, qui nous permettent de développer les compétences au quotidien. Nous pouvons déverrouiller et reprogrammer nos cerveaux avec les suggestions de nos propres souhaits : devenir plus créatif, plus intuitif, être plus concentré, plus efficace, apprendre plus vite, etc.


Nous avons probablement trouvé ici une solution efficace pour répondre aux enjeux de demain sur le développement du capital humain et l’employabilité. Puisque ces techniques sont particulièrement adaptées pour développer simultanément les compétences clés du XXIème siècle définies par l’OCDE, comme la créativité, l’esprit critique, la capacité de communiquer et de collaborer, la flexibilité et l’adaptabilité, le self-direction, les compétences sociales, la productivité et le leadership.


Comment faire concrètement ?

Le principe de l’hypnose est de saturer et endormir l’esprit conscient (vous avez donc l’impression d’être en sommeil). Nous entrons ainsi dans un état modifié de conscience afin de faire travailler l’inconscient. Comme c’est l’inconscient qui gère nos fonctions vitales, nos mémoires et nos apprentissages. Accéder à l’inconscient permet des changements rapides et profonds.


Alors comment saturer et endormir l’esprit conscient ? Cela est assez simple. L’esprit conscient n’est capable de gérer que 7 (+/-2) informations simultanées (Loi de Miller), donc entre cinq et neuf informations au maximum. Attirer son attention sur quelques éléments simultanément suffit pour le saturer. En l’occurrence, focalisez votre attention sur un objet (ses couleurs, ses formes ou ses bruits) suffisent pour occuper l’esprit conscient et vous faire entrer dans un état d’absorption. Vous serez alors dans un état de transe léger.


Lorsque vous êtes dans cet état différent de votre état habituel, vous pouvez alors communiquer avec votre inconscient, lui demander de trouver et mettre en place des solutions pour réaliser vos objectifs de développement.


Si vous souhaitez tenter l'expérience, vous trouverez ci-dessous deux exercices simplifiés. Vous pouvez les sauvegarder et trouvez un moment tranquille pour expérimenter.

Ces petits exercices vous permettent de vous familiariser avec l’autohypnose. Avec de l’entrainement, vous aurez établi une meilleure connexion avec votre inconscient. Vous remarquerez les améliorations naturelles dans votre bien-être au quotidien et votre maîtrise de soi. Soyez patient, faites ces exercices à votre rythme. Tout le monde n’a pas la même réceptibilité. Comme tout travail sur soi, plus vous vous entraînerez, mieux vous vous connaîtrez, et mieux cela fonctionnera.


L’Hypnose est bien évidemment trop riche et complexe pour qu’un simple article puisse épuiser le sujet. Il existe des techniques et mêmes des protocoles qui sont plus ou moins efficaces pour le développement d’une compétence spécifique. Si vous êtes intéressés, des livres ou des ateliers pourront accompagner votre parcours à la découverte des formidables ressources de l’hypnose.


Imaginez un avenir où tout le monde sera libre de choisir d’être aussi (si ce n’est pas plus) créatif que Steve Jobs, aussi productif que Jeff Bezos, avec une vie privée aussi équilibrée que celle de Mark Zuckerberg… Le jeu en vaut la chandelle, n’est-ce pas ?



Auteur :

Yulin ZHUANG, entrepreneur, consultant, maître-praticien en Hypnothérapie et en Programmation Neurolinguistique. Cofondatrice de l’Humain+ lab.

logo-fond-transp_modifié_modifié_edited.

01 73 44 66 52

105 rue Anatole France, 92300 Levallois-Perret, France

© 2019 par Humain+ Lab